Fille de libraires, baignée dans les mots, l’art et la sculpture depuis sa tendre enfance, Karen a soif d’indépendance. Cette jeune femme désire allier entrepreneuriat et passion. Elle vise à créer quelque chose de petit, léger afin de pouvoir l’expédier facilement, quelque chose qui sort des sentiers battus. C’est donc en 2005, aidée par l’essor d’Internet et soutenue par son époux, qu’elle lance le premier site en ligne de bijoux gravés ! Rapidement, Karen remarque un engouement pour ces bijoux « collaboratifs ». Elle aime l’idée que chaque client participe à la création du bijou, et y glisse une part de sa personnalité. C’est ainsi que l’Atelier de Famille est né.

Les engagements d’Atelier de Famille

  • Des bijoux durables, en argent massif et plaqué or 3 microns, qui accompagnent les clients tout au long de leur vie.
  • Des bijoux accessibles à tous les budgets, le plus important étant l’aspect affectif apporté par la personnalisation.
  • Des bijoux respectueux de l’environnement : 70% sont entièrement confectionnés en France, les packagings sont recyclables et petits afin d’éviter les camions sur la route.
  • Des collections raisonnées qui ne suivent pas le rythme effréné de la mode, mais qui favorise la durabilité dans le temps.

Trois questions à Karen Haguenauer, fondatrice d'Atelier de Famille :

Quels sont vos projets ?

J'ai pour projet de trouver plus de temps à dédier à la création. En effet, il faut s’évader et prendre le temps de rêver pour que naissent de nouvelles créations. J'ai pour ambition de trouver de nouveaux concepts, au-delà des nouveautés esthétiques, comme par exemple, l’idée du « jonc invisible » qui permet de mettre une pierre en valeur ou la « bague n° 4 » dont chaque côté a un design différent. J'ai soif de quelque chose de jamais vu !

Pourquoi avoir rejoint les Bienfaiteurs ?

Depuis le début, je cherche à mettre en avant des bijoux « qui ont du sens ». Ainsi, lorsque Charles a appelé pour me présenter le concept des Bienfaiteurs, j’ai trouvé que c’était en totale adéquation avec les valeurs que je voulais moi-même incarner. J’apprécie beaucoup l’idée que les marques soient associées à un univers bienveillant et altruiste. De plus, j’ai envie moi aussi d’aider les associations et de les soutenir à mon échelle.

Quelles marques challengeriez-vous à rejoindre les Bienfaiteurs ?

Je challengerais Clarins à rejoindre les Bienfaiteurs ! Ayant travaillé dix ans chez eux, je connais la maison et y suis encore très attachée. Je me souviens de la remise du prix « de la femme dynamisante », récompense offerte à des femmes exceptionnelles, qui au travers de leurs associations redonnent bonheur, espoir et dignité aux enfants victimes de violence, de pauvreté ou de maladie. Ce qui était bouleversant, c’est que chaque année toutes les gagnantes des années précédentes participaient à la cérémonie, et Clarins continuait de soutenir ces associations au fil des années. Ainsi, une véritable communauté bienveillante s’est créée, et cela dure dans le temps. Ce serait donc formidable que Clarins rejoigne les Bienfaiteurs !


En ce moment